Qui a intérêt à traiter de « masculinistes » les pères demandant l’égalité ?

Derrière ces pères qui revendiquent une place auprès de leur enfant, il y aurait en fait des hommes uniquement animés de revanche vis-à-vis des femmes pour rétablir leur pouvoir.

Après la séquence des « pères perchés » relayés par les médias en 2013, c’est le message simpliste délivré depuis plusieurs mois par quelques anonymes (site Mascuwatch, publication d’un livre) agitant le chiffon rouge du « masculinisme » pour discréditer toute parole et toute action en faveur de l’égalité parentale.

Diaboliser un mouvement en faveur de l’égalité

Pourtant, plusieurs médias de différents bords politiques sont venus relayer ce discours, tendant à présenter les pères défendant la relation avec leur enfant comme d’affreux agents masqués de la domination masculine, auteurs de « viol et d’inceste » envers femmes et enfants.

Cette offensive consiste ainsi à diaboliser un mouvement en faveur de l’égalité parentale en prenant appui sur quelques cas particuliers qui ne représentent en rien la réalité des situations familiales en France.

Elle a déjà opéré lors du vote par le Sénat en septembre dernier d’un amendement favorisant la résidence alternée qui a été présenté comme un « amendement masculiniste » (or, le texte a été proposé par une femme, la sénatrice Françoise Laborde…).

Ce discours feint d’alerter l’opinion sur une soi-disant stratégie des pères qui se présenteraient comme victimes d’une injustice et surtout victimes de l’absence de relation avec leur enfant dans le but d’attendrir l’opinion publique.

Violence symbolique sur les pères

Pourtant, évoquant la répartition majoritairement établie d’« un parent qui obtient la résidence principale, presque toujours la mère ; et un autre parent qui obtient un droit de visite et d’hébergement, presque toujours le père », un collectif de professionnels de l’enfance a écrit récemment à juste titre qu’« il est important de réaliser en quoi ces formulations exercent sur les pères une violence symbolique, et une injustice ».

Nous écrivions dans une tribune du journal Le Monde en février 2013 que la catégorie sociale de « “père-victime” de discriminations demeure invisible et inaudible ». L’année écoulée n’a malheureusement fait que confirmer ce constat.

Le rapport [PDF] des ministères de la Justice et de la Famille de novembre 2013 prétend que 93% des demandes des pères auprès de la justice sont « satisfaites ».

Avec ce terme choisi de « satisfait », qui relève d’une interprétation tendancieuse des chiffres, il s’agissait avant tout pour ces ministères de se dédouaner en démontrant par une « étude sérieuse » qu’il n’existait pas de « pères victimes » de la justice familiale.

La « vulnérabilité du lien père-enfant »

Il est pourtant indiqué dans le même rapport que lorsque les deux parents sont en faveur d’une résidence alternée, le juge l’accorde dans 100% des cas (alors que l’art. 373-2-7 du code civil l’autoriserait à s’en abstenir), mais que lorsque la mère s’y oppose, elle n’est plus accordée que dans 25% des cas.

Il est dommage que la note d’analyse [PDF] du centre stratégique du Premier ministre d’octobre 2012, beaucoup plus attentif à la « vulnérabilité du lien père-enfant » dans le cadre de désunion parentale, selon ses propres termes, ait été oubliée entre-temps. Mais c’était avant que cette situation soit mise sur le devant de la scène médiatique, ce qui en a gêné apparemment plus d’un.

Rappelons deux chiffres provenant de deux études récentes qui démontrent de manière indéniable la fragilité du lien père-enfant comme conséquence des désunions parentales :

  • un enfant mineur de parents séparés sur dix ne voit plus son père (rapport Ined 2013, [PDF]) :
  • 40% des enfants de moins de 25 ans issus d’une union rompue ne voient leur père que rarement ou jamais (note d’analyse du centre stratégique du Premier ministre, octobre 2012, PDF]).
  • mais c’est aussi 15% d’entre eux qui ne voient que rarement leur mère ou jamais.

Ainsi, plus de la moitié des enfants de parents séparés grandissent avec un seul repère parental. Des chiffres qui soulèvent les problèmes causés pour l’enfant par la généralisation de la cellule monoparentale au cours des dernières décennies.

Renvoyer l’éducation des enfants aux femmes

C’est sur la base de ces réalités familiales que notre combat s’inscrit, car nous considérons cette situation à la fois anormale au regard du principe de l’égalité parentale, et préjudiciable aux enfants qui ont besoin de leurs deux parents pour grandir.

Pour reprendre le principe du collectif déjà cité, « l’enjeu est non pas la parité absolue, ou la course à la garde “principale”, mais que les parents se reconnaissent mutuellement leur place auprès de leurs enfants, et trouvent leur manière singulière de rester leurs parents ».

C’est bien là l’impasse de ce discours actuel qui joue sur les fantasmes pour tenter de diaboliser des revendications ô combien légitimes au regard du problème social posé.

En choisissant d’attaquer la totalité des pères qui réclament simplement de vivre auprès de leur enfant, en les stigmatisant comme des hommes dominateurs, ces personnes tentent de semer la confusion dans les esprits en niant le problème posé.

Pour reprendre les termes du sociologue François de Singly dans un entretien dans le journal Libération du 10 septembre 2013, « penser que réclamer de s’occuper plus de ses enfants renforcerait la domination masculine est une aberration absolue ». Les porteurs de ce discours ne font au contraire que renforcer la division sexuée des tâches en renvoyant l’éducation des enfants aux femmes.

Les traîtresses au service des hommes

Ces mêmes détracteurs assimilent également les femmes qui se prononcent en faveur de la résidence alternée comme des traîtresses au service de ces hommes. Or, il n’en est rien.

Ces femmes indépendantes et sans aucune appartenance associative « de défense des pères » se reconnaissent uniquement dans le désir de prôner l’égalité parentale et de refuser de porter à elles seules la charge éducative avant tout dans un souci du bien-être de leurs enfants. Une pétition de femmes parue dans le journal Libération le 13 janvier dernier a ainsi reçu le soutien de nombreuses femmes, dont des féministes de renom.

Mais là aussi, selon ces supposé(e)s militant(e)s de la cause féministe, les signataires se seraient laissées abuser elles aussi par les hommes en signant cette pétition…On voit mal comment des personnalités féministes comme Geneviève Fraisse, Clémentine Autain, Evelyne Sullerot, etc. soutenant cette pétition auraient pu se laisser abuser par des hommes.

« Lorsque le père arrive, il dérange… », note très justement la psychologue Simone Korff-Sausse dans son livre « Eloge des pères ». On lui reproche d’être toujours absent pour éduquer ses enfants, mais lorsqu’il demande à être présent, il est renvoyé à sa supposée violence et à son désir de domination…

L’offensive actuelle lancée à coup de fantasmes à l’encontre du mouvement pour l’égalité parentale révèle ainsi des blocages face à une demande de redéfinition des modèles familiaux et des responsabilités parentales en accord avec l’aspiration à l’égalité entre les femmes et les hommes. Elle ne fait que renforcer notre détermination à poursuivre notre combat porteur de valeurs d’équité, d’égalité et de modernité.

Vous aimerez aussi...

Donnez votre avis et entamons une conversation